Une étude menée in vitro s’intéresse à la stabilité de diltiazem en poche de type polyoléfine, utilisé fréquemment dans le traitement de la tachycardie supra-ventriculaire et la prévention du spasme artériel.

Les poches dosées à 1 mg/mL diluées dans du glucose à 5% et conservées 30 jours à -20°C, +2-+6°C et 22-25°C, se sont avérés stables sur le plan physicochimique : absence de particules visibles et de modification du pH et concentration restant au-delà de 90% de la concentration initiale.