pilulier

La Revue Prescrire, revue indépendante d’information médicale, a effectué une synthèse très instructive concernant le bilan en termes de conditionnement de l’année 2015.

Cette synthèse peut être téléchargée sur le site de La Revue Prescrire.

Cette année a vu encore des signes de négligence de la part des autorités :

  • des posologies pédiatriques, alors qu’aucune spécialité n’est adaptée : cas du stiripentol (Diacomit°) un antiépileptique en  gélule, ou l’évérolimus (votubia°) (un immunosuppresseur employé dans les greffes)
  • flacons vrac, notamment pour des cytotoxiques (idélalisib°), des antiépileptiques (Diacomit°, sans bouchon sécurité !) ou des antiviraux (Harvoni°)
  • des informations peu claires sur l’étiquetage : modifications de rythmes d’administration prévues en 2015 ( cas du plenadren° dorénavant en LP une prise par jour au lieu de 2 à 3 fois par jour) ; mise sur le marché de pasiréotide à 60 mg en IM alors qu’un dosage 100 fois moindre existe : à 0,6 mg en SC !
  • absence de film sécurité sur les plaquettes blister des nouveautés en 2015 ;
  • quasi absence d’information sur  les notices d’harvoni°
  • pas/peu d’incitation à améliorer les anciens conditionnements de la part des autorités

Rappelons que l’Harvoni coûte 13 000 euros la boite, incroyable que le laboratoire n’ait pas dû mettre à disposition des formes en blister ! et ne fournisse pas de donnée de stabilité hors blister au dela d’un mois !!!