Preparations hospitalieres et magistrales

veille bibliographique en langue française sur la préparation/fabrication de médicaments en pharmacie à l'hopital et en pharmacie d'officine

Forme buvable de nicardipine — 15 mars 2021

Forme buvable de nicardipine

Photo de samer daboul sur Pexels.com

La nicardipine est le principe actif contenu dans la spécialité LOXEN°, qui n’existe pas sous une forme adaptée pour l’utilisation en pédiatrie, ou chez les patients présentant des troubles de déglutition.

L’équipe de la pharmacie du CHU de Rouen a développé une formulation d’une forme buvable de nicardipine dosée à 2 mg/mL et a publié des informations relatives à cette forme buvable.

Le principe actif a été formulé dans le véhicule INORPHA, avec adjonction de polysorbate pour aider à la mise sous forme liquide. Il n’a pas été possible d’obtenir de forme satisfaisante visuellement, lors du recours à la gamme ORA ou SYRSPEND.

Ce principe actif est connu comme étant peu soluble dans l’eau et sensible à la lumière.

La stabilité de la forme liquide de nicardipine a été prouvée au moins 90 jours quand stocké à température ambiante ou à +2-+8°C, à l’aide d’une méthode indicatrice de stabilité, avec recours à l’HPLC couplée à la spectrométrie de masse. L’absence de contamination microbiologique a également été démontrée.

L’uniformité de teneur à 3 niveaux d’un flacon multi dose a été démontrée lors de prélèvement de 2,5 mL, avec ou sans agitation. Des essais de mise en seringue buvable de 3 mL ont également démontré l’intérêt de ce conditionnement l’uniformité du remplissage.

Des données de biodisponibilité, d’efficacité et de sécurité d’emploi auraient encore besoin d’être collectées pour mieux connaitre ce nouveau médicament.

Stabilité de formes buvables d’erlotinib, lapatinib et imatinib — 3 septembre 2016

Stabilité de formes buvables d’erlotinib, lapatinib et imatinib

image001

Chez les patients incapables d’avaler ou dans des contextes d’adaptation de dose, les formes médicamenteuses solides (comprimés, gélules) ne sont pas toujours adaptés.

La réalisation de formes buvables par le pharmacien est parfois possible, à condition de disposer d’un mode opératoire et de données de stabilité sur la préparation réalisée. Cela permet d’améliorer la prise du médicament, l’observance pour le patient, la précision de la dose administrée, et parfois cela fait faire des économies à l’Assurance Maladie, pour des médicaments onéreux, permettant d’utiliser des portions de doses de médicaments pendant plusieurs jours, évitant les gâchis.

Des données récentes publiées dans le journal américain de pharmacie hospitalière (AJHP) permettent ainsi la réalisation de formes buvables  d’erlotinib, lapatinib et imatinib, trois anti-cancéreux utilisés par voie orale et pour lesquels il n’existe pas de forme buvable ; la préparation buvable est réalisée par la pharmacie à l’hôpital, à partir des spécialités médicamenteuses. En effet la préparation ne peut pas avoir lieu en officine car nécessité d’une protection du personnel qui réalise la préparation (hotte, …).

La base liquide à employer est Ora°, qui contient entre autre des parabènes (susceptibles de provoquer entre autre des allergies) et du sorbitol (susceptible de provoquer des diarrhées).

La préparation liquide d’erlotinib 10 mg/mL et lapatinib 50 mg/mL se sont avérées stables 28 jours à 25°C quand préparés dans un mélange orasweet/ora+.

La préparation liquide d’imatinib  40 mg/mL est stable 14 jours dans l’ora-sweet, également à 25°C.

Les auteurs ont même étudié des cycles de congélation/décongélation, pour évaluer la stabilité galénique.

Même si la stabilité est de 28 jours, il est nécessaire que le pharmacien adapte le volume pour éviter les pertes. La forme buvable de lapatinib s’avère collante et visqueuse sur les parois.

Solution buvable d’amlodipine et bioéquivalence — 29 mars 2016

Solution buvable d’amlodipine et bioéquivalence

pk

Le pharmacien est en mesure de préparer des formes liquides parfois à partir de formes solides (comprimés, gélules) ce qui peut être utile chez l’enfant, chez le patient ayant des difficultés à avaler. Le pharmacien peut garantir, en respectant un mode opératoire écrit, l’obtention d’une concentration et d’une stabilité. Cependant il est retrouvé très peu de données dans la littérature sur l’impact biopharmaceutique (c’est-à-dire sur la mise à disposition du principe actif et sur l’absorption intestinale) ou pharmacocinétique de cette forme liquide comparativement à la forme solide.

Des pharmaciens hospitaliers hollandais ont étudié la biodisponibilité d’une forme liquide d’amlodipine besylate. Ce principe actif est hautement soluble et hautement perméable aux membranes (classe I BSC). Il n’existe pas de forme buvable destinée aux enfants.

Les auteurs ont opté pour une solution, plutôt qu’une suspension, toujours à risque d’être mal mélangée avant d’être administrée. Cette solution dosée à 0,5 mg/mL contient du methylparabène dans du propylène glycol et de sirop simple. La solution ainsi obtenue est stable au moins 1 an.

Le fait de faire une solution risque d’avoir un temps pour atteindre la concentration maximale réduite. Les auteurs ont souhaité vérifié chez des adultes cette hypothèse en comparant la biodisponibilité à celle  de comprimés de 5 mg ; l’étude était de type croisée, randomisée, menée chez 13 personnes. Le gout a été évalué sur une échelle de Likert en 5 points, avec une moyenne de 2,75 post prise (gout sucré-amer).

La biodisponibilité a été montrée équivalente, que ce soit sur l’aire sous la courbe ou le Cmax. Il  a été retrouvée un Tmax raccourci significativement sur le plan statistique, avec la solution, comparativement aux comprimés (médiane de 4h avec la solution, et de 6h avec le comprimé).

Ces données préliminaires permettront certainement le développement d’essais cliniques pharmacocinétiques de cette forme buvable chez l’enfant.

 

Sotalol sous forme buvable pour nouveaux-nés et enfants — 29 février 2016

Sotalol sous forme buvable pour nouveaux-nés et enfants

teddy-48501__340

Peu de spécialités de beta bloquants sont disponibles sous forme buvable et adaptés à l’enfant ; citons le sectral° (acebutolol) et le syprol° (propranolol).

Le sotalol est un beta bloquant, employé également comme anti-arythmique employé pour le traitement de tachycardie ventriculaire et supra-ventriculaire.

Des pharmaciens tchèques ont étudié la formulation et la stabilité de plusieurs formulations liquides de sotalol dosée à 5 mg/mL, pour les enfants en cardiologie :

  • chez le nouveau-né : une formulation liquide sans excipient, stérilisée (autoclavée) pour réduire tout risque de contamination microbiologique : la solution est légèrement amère, due au sotalol
  • chez l’enfant et nouveau-né à partir d’un mois :  avec comme conservateur du sorbate de potassium (actif en milieu acide, donc la solution est acidifiée par acide citrique),  et du saccharine de sodium/sirop simple pour édulcorer.

Toutes les solutions préparées sont restées stables durant 180 jours.

Cependant :

  • Il ne semble pas que la méthode analytique soit « indicatrice de stabilité ».
  • La quantité de sorbate de potassium est restée stable 180 jours uniquement  lorsque la préparation était conservée à +2 – +8°C.
  • La solution avec saccharine présente une légère amertume, mais est à faible osmolarité
  • La solution avec sirop simple présente une saveur douce, mais a une osmolarité élevée et contiendrait éventuellement des parabènes (?) dans le sirop simple (non précisé).
Troubles de déglutition et pravastatine : une forme buvable — 26 février 2016

Troubles de déglutition et pravastatine : une forme buvable

rubrique_p2_centreconsultations_2_0

Des patients ayant des difficultés pour avaler peuvent être en difficulté pour prendre des médicaments, notamment lorsqu’ils se présentent sous forme solide. C’est le cas du traitement anti-cholestérol par pravastatine (statine ou inhibiteur de la HMG co enzyme A) qui se présente uniquement sous forme de comprimé.

Une équipe italienne a étudié la réalisation et la stabilité d’une forme buvable fabriquée à partir de comprimés, dans un cadre pharmaceutique (fabriqués et contrôlés dans une pharmacie). Cela permet de disposer d’une forme facile à  administrer pour un patient ayant des troubles de déglutition, ou sondé (nécessitant une nutrition entérale).

La solution aqueuse de sel de pravastatine à 4 mg/mL était obtenue à partir de comprimés, d’une solution de bicarbonate de sodium et de conservateurs (parabènes). Le conditionnement était en polypropylène.

Il était étudié à la fois  la stabilité physico-chimique et microbiologique. il n’était pas précisé si la méthode analytique (par HPLC) permettait la détection de produits de dégradation.

La solution aqueuse est stable au moins 60 jours à température ambiante.